Association Francophone des Commissions Nationales des Droits de l'Homme

m

Atelier de formation des INDH d’Afrique francophone sur le mandat de Mécanisme national de prévention

A la demande de nombreuses INDH francophones investies du mandat de MNP, l’Association francophone des commissions nationales des droits de l’Homme (AFCNDH), l’Association pour la prévention de la torture (APT) et le Conseil national des droits de l’Homme du Maroc (CNDH), ont organisé du 24 au 26 juin 2019 avec l’appui technique et financier de l’Organisation internationale de la Francophonie, un atelier de formation sur le mandat du Mécanisme national de prévention (MNP) à l’Institut national de formation aux droits de l’Homme Driss BENZEKRI à Rabat ( Maroc).

L’objectif poursuivi par cet atelier était de renforcer les INDH sur le mandat et le système de prévention établi par le MNP tel que prévu par l’OPCAT. Plus spécifiquement, la formation a été axée sur :

  • Les missions et les attributions d’un MNP ;
  • L’organisation structurelle d’une INDH-MNP ;
  • La différence entre le mandat d’une INDH et celui du MNP ;
  • Les interactions des membres de l’INDH avec l’unité en charge du MNP ;
  • L’interaction du MNP avec le SPT ;
  • Ressources nécessaires pour la mise en œuvre du mandat de MNP.

Pendant trois jours, les institutions nationales des droits de l’Homme (INDH) d’Afrique francophone, désignées en tant mécanismes nationaux de prévention (MNP) du Burkina Faso, de l’ïle Maurice, de Madagascar, du Mali, du Maroc et du Togo, ont échangé sur la mise en œuvre de leur mandat unique de prévention de la torture et autres mauvais traitements. En tant que MNP, elles agissent comme agent de changement et de protection des droits humains de toute personne privée de liberté. Les MNP ont en effet le pouvoir de vérifier les conditions et traitement des personnes privées de liberté et de recommander aux autorités des changements structurels, juridiques et pratiques afin de créer des environnements où le risque de torture et mauvais traitements est diminué. Cette rencontre a également permis d’échanger les expériences et de renforcer la coopération entre les INDH africaines francophones.

A l’occasion de la journée internationale de soutien aux victimes de la torture  le 26 juin 2019,  les participants rappellent que la torture laisse des traces physiques et psychologiques non seulement sur les victimes, mais sur leurs familles et la société toute entière. Il est possible d’agir en amont pour l’éviter, avec des mesures concrètes et des mécanismes de contrôle efficaces, en particulier les MNP. La prévention, ça marche et renforce ainsi nos sociétés basées sur l’état de droit dans lesquelles les citoyens ont confiance en leur système de justice et de sécurité. Prévenir la torture c’est créer des sociétés où la dignité humaine de toute personne, même privée de liberté, est respectée.